Sûre et certaine.......je n'ai pas encore vu d'abricotiers sur cette belle île........Alors, me direz-vous, pourquoi vous en parler ?

Tout simplement parce que j'ai lu un article concernant l'abricot, que j'ai appris des choses que j'ignorais  sur lui et que j'ai eu envie d'en parler sur mon blog.....

Alors, avis aux amateurs (ou non).......je vous emmène à la découverte de l'histoire de l'abricot....qui doit être sur vos étals en ce moment...



 

   L'abricot est un globe-trotter.....Oui, un globe-trotter du verger....Pendant plus de 5000 ans, il a voyagé dans le monde entier.
Partout, les hommes ont emmené avec eux ce fruit, à la saveur acide et douce à la fois.






 

L'histoire a commencé il y a 3000 ans avant J.C. dans les montagnes du nord de la Chine. A cette époque, les paysans dégustaient les variétés de la Prunus armeniaca, au naturel ou en purée.
Puis l'abricot, qui tire son nom de l'arabe al barquouqa pris la route de la soie, durant des siècles. A bord des caravanes chargées d'épices, de légumes et de tissus, il a voyagé de Xi'ian, en Chine, à Antioche en Turquie, en passant par Samarcande, en Iran.....





 Il faut attendre le 15ème siècle pour en trouver la trace en Europe. Il est vrai que la France paysanne du Moyen-Age n'est pas vraiment attirée par les fruits. Déjà, à l'époque, c'est une question de pouvoir d'achat..... Au 17ème siècle, un des signes extérieurs de richesse c'est.....la corbeille de fruits "exotiques". C'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles Louis XIV a nommé son jardinier fétiche, Jean-Baptise La Quintinie "directeur des jardins fruitiers et potagers de toutes les maisons royales" (charge créée spécialement pour lui). La culture de l'abricot se développe alors en France.




Mais pour notre beau fruit, les voyages ne sont pas terminés.
De la vieille Europe, il part en direction de la jeune Amérique.....
Entre le 19ème et le 20ème siècle, la "prune d'Arménie" se cultive principalement en Californie. Les variétés se nomment : castelbrite, patterson, katy





En France, le 20ème siècle annonce la démocratisation des vergers. En Provence, dans les campagnes, les anciens en font des confitures, des tartes. L'abricot trouve enfin sa place dans les corbeilles de fruits des plus modestes.









 
L'abricotier ne pousse pas sous n'importe quel climat et l'abricot ne se récolte que deux mois par an.
Il possède de nombreuses vertus : on l'utilisait contre l'anémie. Il est très riche en vitamine C, provitamine A, béta-carotène.
C'est un fruit qui se congèle très facilement donc que l'on peut consommer en hiver. Il permet de réaliser de succulents sorbets, de délicieuses confitures et conserves.L'huile de noyaux d'abricot, très douce, a des vertus antirides.








La rougeur de l'abricot n'est pas forcément signe de maturité...... Il faut savoir qu'il ne mûrit plus après sa cueillette, et que parmi les meilleurs se trouvent le rouge du Roussillon et le bergeron des Alpes.



(Source La Vie)




Bon appétit........


Aujourd'hui, nous sommes partis pour une petite randonnée.....Je vais, je l'espère, ramener plein de photos.

A bientôt et bonne journée à vous, qui venez me rendre visite, pour mon plus grand plaisir.....





Retour à l'accueil