Non, pas celle-ci........











Mais celle-là......




C'est dans les hauts de l'est de l'île qu'une population de roussettes a été récemment observée. Et cela étonne la communauté scientifique....
En effet, cette espèce frugivore avait complètement disparu de la Réunion. Ces chauves-souris géantes viendraient de l'île Maurice...

Les américains ont surnommé cet animal "Flying fox" (renard volant) en raison de sa grande taille (environ un mètre d'envergure). Il était présent sous différentes formes et espèces dans toutes les îles de l'Océan Indien. C'est dans le courant du 19ème siècle qu'il a disparu de la Réunion. Les seuls spécimens observables le sont dès lors au Muséum d'Histoire naturelle de Saint-Denis.

Ce serait en juin 2007 qu'un habitant des hauts de l'Est a observé la présence de roussettes......Les pompiers de la commune sont prévenus. La nouvelle se répand comme une traînée de poudre chez les naturalistes "péi" (du pays). Aucun lieu précis n'a jamais été révélé, dans le but de protéger ces animaux.....

Depuis, de nombreuses observations ont été faites sur le terrain par les spécialistes. Un protocole scientifique est mis en place afin de définir l'espèce, l'origine et la population des roussettes.

Plusieurs sources concordantes font état d'un groupe originel d'au moins 6 individus, qui serait composé de 10 aujourd'hui. Ce comptage est aléatoire, mais confirmerait la reproduction de la chauve-souris. Un second site d'observation proche du premier a été évoqué.

Par contre, ce nombre d'une dizaine d'individus n'assure pas pour autant la survie de l'espèce. Il suffit qu'un ou deux d'entre eux disparaissent pour mettre en péril l'existence du groupe tout entier.
Et les menaces sont nombreuses : braconnage, tempête, cyclone (les roussettes vivent accrochées aux branches et non dans les cavernes).

Pour l'instant, les analyses ADN permettraient de trancher en faveur de la roussette noire (pteropus niger), endémique des Mascareignes, mais seulement présente à Maurice. L'une des deux roussettes historiques de la Réunion.

Pour les naturalistes, la réintroduction est à marquer d'une pierre blanche. "C'est une chance unique de pouvoir assister en direct à une telle introduction, comme cela s'était déroulé il y a des siècles, bien avant l'arrivée de l'homme. Et si elles restent assez longtemps, nous pourrions assister à la naissance d'une nouvelle espèce endémique" a déclaré Alain Brondeau, du service d'appui à l'aménagement et au développement durable du Parc national.

Pour d'autres, la roussette reste un prédateur des vergers. C'est la raison pour laquelle la chasse en est autorisée à l'île Maurice. Toutefois, ici, depuis un an, aucune observation de particuliers ou d'agriculteurs n'a été relevée dans ce sens. Cela prouverait que ces animaux trouvent leur nourriture en quantité suffisante dans le milieu naturel.

Le risque "d'invasion" est également nul : les femelles donnent naissance à un seul petit par saison.

Cette réintroduction est une découverte exceptionnelle. Mais elle reste fragile......



Retour à l'accueil